previous arrow
next arrow
Slider
 
 
 

Tai - culture et us et coutumes

modifié le mardi 23 juillet 2019

pagode du pays Dai sud Yunan

 

Les peuples Tai, originaires du Guangxi en Chine, ont commencé à se déplacer vers le sud-ouest au cours du premier millénaire de notre ère, pour s’étendre à l’ensemble de l’Asie du Sud-Est continentale.

Les peuples Tai sont très similaires entre eux sur les plans culturel et génétique et sont principalement identifiés par leur langue.

À la suite de trois siècles d’affrontement sanglants avec les Chinois, jusqu’au début du deuxième millénaire, les tribus de langue Tai ont migré vers le sud-ouest du continent en suivant les grands fleuves. Cultivateurs de riz irrigué, ils en exportèrent les techniques et organisations sociales collectives qu’elle impose.

Une des branches gagna l’Asie du Sud-Est. Ceux-là ont été influencés par les Khmers et les Mon déjà présent, et surtout par l’Inde bouddhiste.

Les Tai pratiquaient un type de gouvernance féodale fondamentalement différent de celui des Chinois centralisés, et particulièrement adapté à la formation d'État dans des environnements montagnards, ethniquement et linguistiquement diversifiés et centrés sur des vallées propices à la culture du riz humide.  La forme de société est très stratifiée.

Traditionnellement, ils habitaient dans des villages le long des fleuves et dans les plaines alluviales, mais aujourd'hui ils sont devenus en grande partie des résidents urbains.

en savoir plus sur ...

Nations (définition)

La nation est un « Ensemble de personnes vivant sur un territoire commun, conscient de son unité (historique, culturelle, etc.) et constituant une entité politique

parlement européen a Strasbourg

Minorités (définition)

Une minorité se définie dans un contexte,  non de manière absolue. Elle peut être analysée par rapport à de la population d’une nation, d’une zone géographique, du point de vue des religions, des langues, de la culture ou de la race, de la couleur de peau, des liens de parenté…

L’appréciation en est variable selon le lieu et l’époque.

La supériorité du nombre est vue comme une hiérarchie, une supériorité de la majorité. Dans l’histoire il est peu d’exemple de minorités qui n’aient pas été marginalisées, persécutés, assimilés de force, voire physiquement éliminées.

La minorité ne l’est cependant pas toujours en nombre. Le colonisateur considéra souvent les indigènes comme des races inférieures.

La constitution des états nation moderne à souvent contribué à les révéler et à en aggraver le sort par rapport à la relative tolérance observée autrefois par les Empires. (Comme l’était les Ottomans ou les Austro-Hongrois par exemple)

La définition des  minorités dépend des stratégies de la minorité elle-même, soit par son rôle géopolitique, économique, culturel. (Les juifs, les Arméniens,Touareg…)

Une minorité est aussi une catégorie sociale définie par discrimination : les homosexuels, les femmes, les gens du voyage.