korowai.jpg
 
 
 

Géopolitique touarègue

modifié le vendredi 28 septembre 2018

Les évènements au Mali depuis 2012, remettent la cause touarègue au premier plan de l’actualité.

La chute de Kadhafi en Libye, a eu pour conséquence de renvoyer dans leurs foyers, en particulier au Mali, les mercenaires touaregs qui avaient été enrôlés. Ce retour de militaires fortement armés a ravivé la rébellion endémique au Mali et au Niger.

Si pour le moment l’accent dans les médias occidentaux porte sur ce qui se passe au Mali, c’est bien de la problématique de la survie des nomades touareg qui se pose dans des nations gouvernées, depuis la décolonisation, par des peuples d’Afrique noire,

migrants dans le desert algérien

Trois à quatre mouvances très différentes se sont révélées :

  • MLNLA: Mouvement de libération de l'Azawad, laïc, touareg, historiquement en dissidence vis-à-vis du pouvoir central de Bamako et qui est à l’ origine de la déclaration d’indépendance de la région nord du Mali. Il semble que ce mouvement historique se soit fait déborder par les autres mouvances plus ou moins manipulées de l’extérieur.
  • AQMI : des intégristes peu nombreux et pas forcément touareg, soutenu par Al Qaïda et dont on parle le plus en Europe pour leurs exactions. A sa tête Yag Dag Rali   (ancien Rebel retourné par les services secrets algériens) favorise la mise en scène des dérives intégristes, qui encouragent une intervention anti insurrectionnel. Il est soutenu et équipé vraisemblablement  par l'Algérie.
  • Les islamistes de Ançar Eddine (djihadiste, salafiste, touareg islamistes pour le maintien de l'unité territoriale malienne) de création algérienne sans doute pour faire contre feu aux revendications du MLNLA
  • Et aussi, Mujuao affilié à AQMI (plutôt constitué de noirs sécessionnistes d’AQMI) et en relation avec Boko Haram (Nigéria)

dromadaire traditionnel des touareg

Origine du malaise touareg 

D’une façon générale, il n’y a jamais eu d’unité politique touareg. L’organisation sociale est toujours restée basée sur des structures tribales ou claniques par région due à l’immensité du territoire habité par les Touaregs. Cela s’observe d’ailleurs chez tous les peuples du désert, comme en Libye, ou en Arabie saoudite. Il n’en reste pas moins qu’un sentiment d’appartenance à un peuple touareg existe dans une vaste zone qui s’étend du Sahel au sud saharien et du Mali à l’ouest du Tchad.

touareg

Le peuple touareg

L’ensemble des populations touarègues (1 à 3 millions) se caractérise par une origine berbère commune. Ils vivent traditionnellement de l’élevage nomade et du commerce caravanier du sel, des esclaves et de l’or qui avaient sa pleine activité avant la mise en place de traite négrière maritime, par les Européens à partir du XVIIe siècle.

Le rétrécissement identitaire de l’aire touarègue s’est accentué lors avec la colonisation en favorisant la sédentarisation et le fractionnement des tribus. Le développement des moyens de transports maritimes et la globalisation de l’économie ont achevé de réduire le commerce caravanier à peau de chagrin et sont maintenant officiellement quasi inexistants en raison de la quasi-fermeture des frontières entre les états issus de la décolonisation.

Les sècheresses périodiques ont acculé les nomades à descendre vers les zones sahéliennes conduisant à des affrontements noyés dans le sang par les autorités autant nigérienne que malienne en 1963,  91 et  2003.

élevage nomade touareg

Du point de vue coutumier, les Touaregs ont entre eux une gestion politique et sociale d'un territoire ou s’exerce une pluralité des fonctions : nomade, semi-nomade, citadins, commerçants, agriculteurs…

L’organisation confédérale avec des frontières flexibles est différente de celle de nations occidentales aux contours précis. Il n’existe pas de chef suprême, mais des chefs "arbitres" qui articulent les entités, entre elles.

campement touareg

Quatre à cinq pôles politiques continuent d’exister même si elles sont démembrées entre les états nations issus de la décolonisation :

  • Hagard (ville principale : Tamanrasset),
  • Ajjer autour de Djanet,
  • Tademakat, la région de Tombouctou et ou l'Azawad est la partie malienne
  • Air (ville principale : Agades, au Niger)

L’imbrication avec les peuples Haoussa et Peuls en particulier a toujours existé à travers le commerce caravanier qui allait jusqu’au Burkina Faso ou au Nigéria.

Surveiller et contrôler leurs voies de communication furent de tout temps la préoccupation des caravaniers. Les rançonnages (les razzias) et l’attaque de convois ennemis ou concurrents fait partie de leurs pratiques. L’absence d’autorité politique et militaire forte laisse la bride sur le cou (du 4*4) à des bandes inorganisées qui profitent du commerce de la drogue, des cigarettes et des émigrés clandestins africains (essentiellement malien). Même si L’EU paye les pays du Maghreb pour établir des camps de rétention des clandestins, comme à Tamanrasset, le désert est vaste et l’acheminement via la Libye reste le plus facile.

touareg dans le vaste désert saharien

Les revendications du MNLA, comme celle d’autres communautés touarègues, sont d’obtenir un retour financier sur les exploitations minières faites sous leur sol par les compagnies occidentales. Si le commerce caravanier n’est plus autorisé, ni même possible économiquement, on ne peut pas vivre décemment au Sahara que de l’élevage et du maraichage dans maigres oasis, il faut un complément de revenu. Les revendications des plus pauvres d’entre eux au Niger et au Mali sont donc plus une revendication économique que politique. Dans la crainte pour les Occidentaux, de voir leurs accès aux ressources compromises et pour les pouvoirs en place dans les états africains de voir leurs autorités contestées, le statuquo est la seule stratégie qui vaille au détriment des aspirations touarègues dont leurs organisations sont infiltrées, déstabilisées par de multiples mouvances téléguidées par les intérêts extérieurs (Arabe, islamiste, Occidentaux, Magrébin…) sans compter les difficultés d’union due aux rivalités ancestrales des différentes tribus.

touareg abandonnés

Depuis l’intervention des forces militaires franco onusienne, la situation s’est stabilisée, mais en obligeant les touaregs du nord du Mali à rester dans leur misère. Une reprise en main partielle, par gouvernement malien, de la situation politique du pays s’est opérée sous le contrôle des forces internationales, mais le problème de la marginalisation des peuples touaregs n’est toujours pas réglé.

Rubrique(s) : Touareg , | Géopolitique , | Actualité ,

en savoir plus sur ...

Géopolitique

Les analyses géopolitiques se basent les études des interactions entre le politique et le territoire, les rivalités ou les tensions qui trouvent leur origine ou leur développement sur le territoire, l’analyse des rapports de forces entre divers acteurs sur un espace plus ou moins défini.

Exemple parmi d'autres : Le développement de la culture industrielle du thé en Asie a eu des conséquences importantes dans les relations géopolitiques mondiales

 

La géopolitique, se doit d'utiliser l'ensemble des connaissances liées à la géographie (géographie physique, mais aussi la géographie humaine dans toutes ses composantes sociales, économiques, culturelles, sanitaires, les matières premières et les flux de ressources), mais aussi utiliser l'histoire, la science politique, etc. 

Développement (humain)

Processus sociaux, créé par opérations volontaristes.

Les religions, les langues, le patrimoine culturel sont des éléménts participants au développement humain.

Le Développement humain en économie est un facteur du développement des sociétés. L'Indice de développement humain (IDH) permet de l'évaluer

L'indice de développement humain (IDH) est un indice statistique composite, créé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) en 1990 pour évaluer le niveau de développement humain des pays du monde. L'IDH se fonde sur trois critères : le PNB par habitant, l'espérance de vie à la naissance et le niveau d'éducation.

jeune filles de l'ethnie des Bajo en Indonésie en période de Ramadan