previous arrow
next arrow
Slider
 
 
 

Drokpa

modifié le lundi 27 juillet 2015

Les Drok pa (ou Brokpa )sont les tibétains nomades (nom tibétain de : nomades). Ils sont estimés à un peu plus de 2 millions (2006) sur l'ensemble du plateau tibétain. C'est surtout sur les hauts plateaux du Chang Tang qu'on les rencontre mais aussi dans d'autres provinces historiques du Tibet,  comme en Amdo (avec les Golok) ou au Kham où les conditions de vie sont un peu moins rude.

Chaude coiffe d'une tibétaine Drog pa du Chang Tang Nomades (Drog pa) du Chang Tang Femme nomade (drog pa) du Chang Tang 

Ils vivent sous tente au grès des pâturages des troupeaux de Yaks, de moutons et de chèvres dont ils vendent ou échangent le lait, le beurre ou la laine.

L'augmentation de la population des dernières années a conduit à un accroissement du cheptel et le surpâturage guette dans ces régions au climat particulièrement rude et à l'éco système particulièrement fragile. La sédentarisation est encouragée par l'administration, mais sans pour autant procurer les emplois d'accompagnement et va à l'encontre de mode de vie ancestraux.

L'essor du marché des cachemires fabriqués avec le duvet de laine (Pashmina) des chèvres Tchang-ra a également participé à la multiplication des troupeaux.

 

 la laine pour le cachemire est une source de revenue pour les nomades La bouse de Yak est souvent le seul combustible disponible  Pour le protéger des UV le bébé est enduit de cendre et de graisse de chèvre

Si le commerce transfrontalier traditionnel du sel vers le Népal s'est réduit pour des raisons politiques et à cause des nouvelles voies d'approvisionnement à partir de l'Inde, les Drokpas tirent maintenant un complément de revenu de la collecte de plantes médicinales très en vogue dans la pharmacopée Chinoise (comme le Yersa Gumba par exemple)

en savoir plus sur ...

Minorités (définition)

Une minorité se définie dans un contexte,  non de manière absolue. Elle peut être analysée par rapport à de la population d’une nation, d’une zone géographique, du point de vue des religions, des langues, de la culture ou de la race, de la couleur de peau, des liens de parenté…

L’appréciation en est variable selon le lieu et l’époque.

La supériorité du nombre est vue comme une hiérarchie, une supériorité de la majorité. Dans l’histoire il est peu d’exemple de minorités qui n’aient pas été marginalisées, persécutés, assimilés de force, voire physiquement éliminées.

La minorité ne l’est cependant pas toujours en nombre. Le colonisateur considéra souvent les indigènes comme des races inférieures.

La constitution des états nation moderne à souvent contribué à les révéler et à en aggraver le sort par rapport à la relative tolérance observée autrefois par les Empires. (Comme l’était les Ottomans ou les Austro-Hongrois par exemple)

La définition des  minorités dépend des stratégies de la minorité elle-même, soit par son rôle géopolitique, économique, culturel. (Les juifs, les Arméniens,Touareg…)

Une minorité est aussi une catégorie sociale définie par discrimination : les homosexuels, les femmes, les gens du voyage.

Anthropologie / Ethnographie / Ethnologie

L'anthropologie est la branche des sciences qui étudie l'être humain sous tous ses aspects, à la fois physiques (anatomiques, morphologiques et physiologiques, évolutifs) et culturels (socioreligieux, psychologiques, géographiques, etc.). Elle tend à définir l'humanité en faisant une synthèse des différentes sciences humaines et naturelles

L'anthropologie s'organise autour de deux grands types de travaux étroitement liés : d'une part, les travaux d’ethnographie, qui sont des enquêtes et observations de terrain (empiriques) concernant dans les détails et de façon isolée les peuples, cultures et sociétés humaines, et dont les résultats sont le plus souvent publiés sous la forme de monographies ; et d'autre part, les travaux d’ethnologie, dans lesquels sont étudié les peuples, cultures et sociétés humaines de façon comparée et sur la base de recherches (théoriques) au sein des publications ethnographiques, et dont les résultats sont le plus souvent publiés sous forme d'essais. (WiKi)

L’ethnographie est l’étape de collecte des données, l’ethnologie le stade des premières synthèses, l’anthropologie est la phase de généralisation théorique après comparaison

L’anthropologie et l'ethnologie s’assignent comme tâche de penser l’autre.